QUAND LA NUIT DEVIENT JOUR – SOPHIE JOMAIN

Coucou la compagnie,

Je suis malheureusement revenue de vacances (snif) mais j’ai beaucoup lu pendant cette semaine où j’ai pas mal coupé des réseaux sociaux. Pas moins de huit livres sont tombés entre mes mains et vous allez donc beaucoup en entendre parler pour ces prochaines semaines. Pour commencer cette série, c’est un roman que ma petite Estelle m’a acheté pour mon anniversaire. Il était dans ma wishlist depuis longtemps et il me tardait de le lire rapidement même si son sujet n’était pas facile…surtout pour des vacances au soleil haha.

68753048_476376813141903_248377890008203264_n.jpg

Résumé :

On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà. La dépression. Ma faiblesse. Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début. J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois. Le 6 avril 2016. Par euthanasie volontaire assistée.

Mon avis :

Je connais la plume de Sophie Jomain depuis quelques années maintenant. Tout d’abord par sa célèbre saga « Les étoiles de Noss Head » qui est, à mes yeux, très intéressante, puis pas « Fais moi taire si tu peux » dans un genre contemporain, j’apprécie toujours sa plume. C’était donc avec grand plaisir que je l’ai retrouvée dans un roman qui m’a pris aux tripes pour sa justesse mais aussi par sa dureté de lecture.

Dans ce roman, on va suivre Camille qui se bat depuis des années contre une maladie silencieuse; la dépression. Dès les premières pages, on est plongé dans son cauchemar qui n’est tout autre que sa vie. Elle ne parvient pas à s’apprécier, son image est un calvaire et les miroirs, elle les fuit comme son ombre. Enfin, des symptômes somatiques font leurs apparitions et font de la vie de Camille un véritable enfer dont elle ne parvient pas à quitter. Ne supportant plus cette vie compliquée, la jeune femme essaie à plusieurs reprises de se donner la mort, sans succès. Finalement, elle décide de se tourner vers l’euthanasie pour mettre fin à ses quelques années de souffrance et de mal-être.

Voyez comme ce roman était compliqué à lire et pourtant si beau. Je suis ressortie troublée de ma lecture des premières pages, je ne m’attendais pas à être submergée immédiatement. Pourtant, une fois l’effet de surprise passée, je ne pouvais plus lâcher ce roman. Je voulais comprendre le cheminement de Camille, les pourquoi de son passage à l’acte. J’ai vécu sa douleur et son mal-être à travers les lignes, j’avais presque l’impression d’être Camille à certains moments. Je me suis surprise à me demander plus d’une fois : et moi, qu’est-ce que je ferai à sa place? Si c’était une de mes proches, comment je réagirai. Alors je ne suis pas là pour parler du pour ou contre de l’euthanasie, mais je trouve que Sophie Jomain a mis les mots justes sur la dépression de Camille. Non, la dépression n’est pas qu’une humeur triste, ça engendre bien des choses et on l’oublie souvent.

Je ne vous donnerai pas la fin de l’histoire pour des raisons évidentes. Pourtant, je peux vous certifiai qu’elle m’a étonnée comme rarement un roman me le fait. Je ne savais pas sur quel pied dansait au début : est-ce que j’étais contente ou au contraire frustrée. Finalement, je trouve ça tellement bien de la part de l’auteure de nous laisser ainsi. Elle a su me surprendre sur une fin de roman et je l’en remercie énormément pour cela. D’ailleurs, je la remercie pour ce roman qui m’a rappelé l’importance de la vie. Oui, cela parait bizarre pour un livre parlant de l’euthanasie et de la dépression…

Ce livre n’était clairement pas une grande partie de plaisir à lire. Pourtant, j’ai été bouleversée par cette lecture et je la classifierai sans nul doute en tant que coup de coeur. Non, les lectures ne sont pas toujours gaies parce que la vie ne l’est pas toujours.

Oserais-tu prétendre ressentir ce que je ressens ? Vivre ce que je vis ? Me battre comme je me bats et souffrir comme je souffre ? Il s’agit de ma vie, pas de la tienne ! Je t’interdis de me juger, car tu n’as aucune idée de tout ce par quoi je suis passée pour en arriver là. Je vis un enfer depuis des années, je me mutile, je me blesse, je me fais saigner pour oublier à quel point chaque seconde de cette misérable existence est une lutte. Tu vois l’euthanasie comme une faiblesse ? Tu te trompes, ce sera ma délivrance !

Et vous, vous avez lu ce roman ? Quelles en sont vos impressions ?

Publicités

7 commentaires sur “QUAND LA NUIT DEVIENT JOUR – SOPHIE JOMAIN

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s