AU PETIT BONHEUR LA CHANCE – AURÉLIE VALOGNES

Coucou la compagnie,

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’un roman que j’ai eu pour mon anniversaire. L’été dernier, j’avais découvert la plume d’Aurélie Valognes que j’ai beaucoup apprécié. Ce style de lecture me change et me sort de mon cocon de New Romance.

70583413_426791204623384_1232021556520026112_n

Résumé :

Jean 6 ans , se retrouve confié à sa grand-mère, lors de la séparation de ses parents, en 1968. Sa mère part à Paris pour trouver un emploi et reviendra le chercher. Il se retrouve chez mémé Lucette, et une formidable histoire d’amour va se dérouler entre ces deux êtres qui vont apprendre à se connaître, à cohabiter et à s’aimer.

Mon avis :

Déjà, commençons par la couverture que je trouve vraiment très belle. Bien travaillée et évoquant la joie à mes yeux, je n’avais qu’une envie : ouvrir ce roman pour en découvrir le contenu. Premier bon point pour ce roman ! Ensuite, j’ai été très ravie de retrouver la plume d’Aurélie Valognes qui sait me toucher par chacun de ses romans. Elle a des personnages très humains auquel on peut facilement s’identifier. Elle sait faire passer des messages simples mais pourtant évident dans ses romans. Franchement, je suis toujours aussi fan de sa plume et ce roman a confirmé ce que je pensais d’elle.

Dans ce roman, on retrouve Jean, un petit garçon dont la mère vient tout juste de l’abandonner à sa grand-mère pour échapper à un quotidien compliqué. Lucette, sa grand-mère, ne roule pas sur l’or et n’est pas une femme facile à vivre. On va suivre l’amour qui va naître entre ses deux humains au fil des années. On les suit dans leur quotidien, avec leurs voisins mais aussi le facteur ou la tante de Jean.

Comme je le disais précédemment, je trouve les personnages très intéressants. C’est surprenant au début de voir un petit garçon de huit ans en personnage principal, disons que ce n’est pas dans mes habitudes de lecture. Maintenant, j’ai trouvé ça très rafraichissant et intéressant. Lucette est haute en couleurs, c’est le moins que l’on puisse dire, elle ne manque pas de caractère et cela va rendre la lecture fluide et bourrée d’humour.

Alors que Lucette s’éclipse un instant pour se dégourdir les jambes, Jean, de son doigt gauche, écrit « Maman » sur la buée de la vitre, puis, d’un revers de la main, l’efface et trace de son index droit « Ma mère ». C’est à ce moment-là précisément que, pour Jean, Marie, tombée de son piédestal, est devenue sa mère.

Et vous, vous avez lu ce roman ? Quelles en sont vos impressions ?

2 commentaires sur “AU PETIT BONHEUR LA CHANCE – AURÉLIE VALOGNES

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s