L’ANGE DE MARCHMONT HALL – LUCINDA RILEY

Coucou la compagnie,

 Je vous retrouve encore avec un roman de Lucinda Riley et oui… Néanmoins, j’ai changé un peu de style puisque j’ai décidé de me pencher sur autre chose que sa saga « Les sept sœurs ».

93873290_185844382403366_5054685382176669696_n

Résumé : 

Trente ans ont passé depuis que Greta a quitté Marchmont Hall, une magnifique demeure nichée dans les collines du Monmouthshire. Lorsqu’elle y retourne pour Noël, sur l’invitation de son vieil ami David Marchmont, elle n’a aucun souvenir de la maison – le résultat de l’accident tragique qui a effacé de sa mémoire plus de vingt ans de sa vie.
Mais durant une promenade dans le parc enneigé, elle trébuche sur une tombe. L’inscription érodée lui indique qu’un petit garçon est enterré là. Cette découverte bouleversante allume une lumière dans les souvenirs de Greta, et va entraîner des réminiscences. Avec l’aide de David, elle commence à reconstruire non seulement sa propre histoire, mais aussi celle de sa fille, Cheska…

Mon avis : 

Lucinda Riley nous emmène dans les terres du Pays de Galles pour y découvrir une famille pour le moins originale et qui ne manque pas de caractère. Dans une société où il était mal vu pour une jeune femme d’avoir un enfant seule et illégal d’avorter, Greta n’a d’autre choix que mettre au monde. Seulement, les choses ne se passent pas franchement comme prévu avec son mari, Owen, et ses enfants, Francesca et Jonny. A la suite d’un terrible accident, Greta va devenir amnésique et, par ce fait, oublier une partie de sa vie. Seulement, cette dernière continue de tourner et les choses vont se compliquer pour Cheska qui, elle aussi, a eu un enfant jeune et seule… Une tradition familiale en quelque sorte.

L’auteure a un talent pour créer des personnages attachants mais avec une histoire compliqué. Dans un premier temps, on a Greta que l’on a tantôt envie de câliner car elle nous parait douce et naïve, tantôt envie de gifler dans la manière dont elle réagit. Elle n’a pas eu la vie qu’elle avait désiré et va la vivre au travers de sa fille, Cheska. Dans un second temps, on va suivre Cheska, une actrice en vogue qui va tomber enceinte de son premier amour. Seulement, elle va vite se rendre compte que cet amour n’est pas réciproque, elle était trop naïve et s’est fait berner. Néanmoins, Cheska est fragile psychologiquement surtout depuis la perte de son frère jumeau, elle entend des voix qui l’incite à réaliser des choses pour son bien à elle mais rarement pour celui des autres. Enfin, on va suivre Ava, la dernière de cette génération pour le moins haut en couleurs. Cette dernière est la fille de Cheska et celle qui est probablement le plus cortiquée des trois générations.

La force de ce roman réside également dans ces personnages secondaires avec LJ, celle qui va élever Ava, qui est une force de la nature et qui m’a beaucoup touché. On y retrouve certains traits de caractère de nos grands-mères ce qui est adorable. Cependant, elle ne se laisse clairement pas marcher sur les pieds et dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Ensuite, on a David, ce personnage m’a bien enervé par moment car il n’avoue jamais ces sentiments pour Greta ou alors au plus mauvais moment possible. Cependant, c’est lui qui va tenir la famille à bout de bras avec beaucoup d’empathie et de bienveillance envers chacun des membres. On a également Mary, la bonne de la maison, qui a vu bien plus d’une génération grandir dans la belle maison de Marchmont (que je rêve de voir un jour si l’auteure s’est inspirée d’une vraie résidence).

Plusieurs sujets sont exposés dans ce roman. Tout d’abord, la maladie psychiatrique qui n’était pas bien considérée à l’époque et qui ne l’est toujours pas aujourd’hui. J’ai trouvé que l’auteure avait su mettre les mots sur la schizophrénie qu’a Cheska et ce qu’elle pousse à lui faire faire. Ce n’est pas facile à lire pour le lecteur mais Lucinda Riley met beaucoup d’empathie dans la manière dont la famille de Cheska va la traiter. Ensuite, on parle d’abandon d’enfants qui est loin d’être chose facile. Pourtant, elle abandonna Ava à la naisssance pour se donner une chance, certes, mais aussi pour lui donner une chance. Enfin, on va également parler de la perte d’un enfant dans ce roman. Greta doit se remettre de la perte de Jonny, un de ses jumeaux et ce n’est pas une chose facile.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce roman qui se passe dans le temps. Cette redécouverte de sa vie pour Greta, les différentes phases de la vie de Cheska ou encore le temps présent avec Ava. Des personnages attachants, des sujets importants sur fond de résidence sous la neige et de Noël, voilà une excellente recette qui était presque sûre de prendre avoir moi.

Et vous, vous avez lu ce livre ? Quelles en sont vos impressions ?

5 commentaires sur “L’ANGE DE MARCHMONT HALL – LUCINDA RILEY

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s