LES EDITIONS CHARLESTON

Coucou la compagnie,

Récemment, je me suis penchée sur les maisons d’édition que je ne connaissais pas trop. Aujourd’hui, pour commencer ce petit tour des maisons d’édition, je me suis penchée sur Charleston. Il se trouve que je n’ai lu qu’un roman de ces éditions qui est La Lettre de Rose de Clarisse Sabard (mon avis est par ici si ça vous intéresse). J’étais très intéressée d’en découvrir davantage et, pendant mes recherches, je me suis rendue compte que bon nombres de leurs romans peuvent m’intéresser ! Quelle fut donc ma surprise : heureuse pour moi et malheureusement pour mon compte en banque haha. Les Editions Charleston sont donc une maison d’édition indépendante qui a ouvert ses portes en 2013. Ils publient des romans destinés à la gente féminine principalement.

Maintenant, je vous ai dressé une petite liste des romans qui me tentent énormément chez les éditions Charleston. N’hésitez pas à me dire si vous en avez lu certains et lesquels vous me recommandez en priorité !

1.png

  • Le vol des libellules – Leila Meacham 

En pleine Seconde Guerre mondiale, cinq jeunes Américains idéalistes reçoivent une mystérieuse lettre du gouvernement leur demandant s’ils sont prêts à se battre pour leur pays. A priori, ils n’ont rien en commun : un Texan d’origine allemande, un fils de bonne famille gâté, un pêcheur, une styliste et une championne d’escrime. Pourtant, ils ont été choisis pour participer à une mission d’espionnage de grande envergure et sont envoyés à Paris sous le nom de code « Libellule ». Déterminés à combattre le fléau nazi, ils savent que le moindre faux pas peut leur être fatal. Partis à cinq, ils ne reviendront qu’à quatre… Mais faut-il croire aux apparences ? Cinquante ans plus tard, quelqu’un cherche à savoir ce qui s’est réellement passé au cœur de l’hiver 1944 à Paris. Commence alors une quête incroyable qui risque de bousculer des vérités qui dorment…

2.png

  • Un jour en décembre – Josie Silver

Laurie est presque sûre que le coup de foudre n’existe que dans les films. Mais, un jour de neige en décembre, à travers la vitre embuée d’un bus londonien, elle aperçoit un homme. Leurs regards se croisent, un moment de pure magie, un véritable coup de foudre… puis le bus redémarre. Certaine qu’ils sont voués à se retrouver, Laurie passe une année à scruter les coins de rue, les arrêts de bus et les cafés. Sans succès. Jusqu’à ce soir de Noël où sa meilleure amie et colocataire lui présente le nouvel homme de sa vie, celui qui l’a convaincue d’abandonner les histoires d’amour éphémères… Jack, l’homme du bus. Dix ans de chassés-croisés, de déchirures, de retrouvailles et d’occasions manquées commencent alors pour Laurie et Jack.

3.jpg

  • Céleste, la fille de Perline – Jeanne-Marie Sauvage-Avit 

À la Libération, Céleste a vingt ans. En quelques heures, sa vie bascule dans l’horreur. Elle abandonne tout, choisissant de vivre loin des siens. Son amour pour Alexander, un soldat américain rencontré quelques semaines plus tard, l’entraîne à faire des choix qui ne correspondent pas à ce qu’elle est vraiment : une femme libre et responsable. Peut-elle se résoudre à rester l’épouse soumise qu’on attend d’elle ou, à l’exemple de sa cousine Claire, va-t-elle exiger davantage de la vie ? Par ses décisions et son énergie, Céleste est la digne fille de Perline, rencontrée dans un précédent ouvrage : Perline, Clémence, Lucille, et les autres. Mais l’histoire de Céleste, vingt ans plus tard, est un roman à lui tout seul.

4.jpg

  • Ceux qui voulaient voir la mer – Clarisse Sabard

Quand Lilou décide de quitter Paris pour Nice avec son fils Marius, elle ne se doute pas que son arrivée dans le Sud sera plus mouvementée que prévue ! Entre ses cours de yoga un peu particuliers, sa vie de mère célibataire, son original de père et son métier d’agent de bibliothèque, la jeune femme n’a pas le temps de chômer. Pourtant, c’est avec beaucoup de douceur qu’elle discute avec Aurore, une vieille dame de 90 ans rencontrée dans le parc voisin. Aurore qui attend toutes les semaines son grand amour, Albert, parti à New York tenter sa chance après la guerre. Lilou décide alors de tout faire pour retrouver le grand amour de son amie. Mais à trop vouloir remuer le passé, c’est le présent qui va la rattraper…

5.jpg

  • Les lettres que je ne vous ai jamais envoyées – Latie Gétigney

Londres, janvier 1797

Cher Monsieur Clenneth…

C’est ainsi que commencent les lettres que Miss Amy Rosebury écrit au gentleman entraperçu dans une librairie de Covent Garden par un bel après-midi d’hiver. Des lettres dans lesquelles elle ouvre son coeur d’autant plus librement qu’elle ne les lui enverra jamais et que leurs chemins ont peu de chances de se croiser à nouveau. Du moins, c’est ce qu’elle pense… Mais la gentry anglaise est un bien petit monde.

Entre malentendus, convenances et faux-semblants, un roman d’amour et d’aventure, comme une rencontre entre Orgueil et préjugés et Autant en emporte le vent.

6.jpg

  • La vie rêvée des chaussettes orphelines – Marie Vareille

Sur le papier, Alice va très bien : célibataire parfaitement assumée, elle a une carrière en or dans la finance à New-York, un loft avec vue sur Central Park et un secret si profondément enfoui qu’elle peut presque prétendre l’avoir oublié. Certes, elle ne dort plus sans somnifères, elle collectionne les crises d’angoisse, les TOC et les névroses, mais on ne va pas en faire tout un plat. Tout le monde a ses petits secrets, non ? Mais le problème avec les petits secrets, c’est qu’ils peuvent générer de grosses complications… et si Alice est devenue experte à fuir le passé, elle est beaucoup moins douée quand il s’agit d’affronter la réalité.

7.jpg

  • Le bruit des pages – Livia Meinzolt 

2016, Paris

Éva hérite d’une librairie dans le quartier de la Butte aux Cailles. Les exigences du vieux propriétaire avec lequel elle s’était liée d’amitié ? Que la librairie ne soit jamais vendue et qu’Éva y conserve un tableau représentant une jeune femme, penchée sur un carnet, aux pieds d’un acacia majestueux. Bientôt, elle se prend à imaginer la vie de la femme du tableau, Apollinariya Ivanovna Lubiova, une jeune aristocrate russe, vibrante de rêves et d’idéaux au coeur de l’été 1916.

Mais tandis que les mois passent, fiction et réalité semblent se confondre… Et si la librairie renfermait des mystères insoupçonnés ? Le voyage d’Éva à Saint-Pétersbourg pourrait-il l’aider à comprendre le lien étrange qui l’unit à Apollinariya ?

Et vous, certains de ces romans vous tentent ? Si oui, lesquels ?

13 commentaires sur “LES EDITIONS CHARLESTON

  1. J’ai lu « Ceux qui voulaient voir la mer » et « La vie rêvée des chaussettes orphelines » que j’ai vraiment beaucoup aimé tous les deux…! 😍 Je ne saurais te dire par lequel commencer… Deux histoires complètement différentes mais avec une jolie sensibilité.

    Aimé par 1 personne

  2. Hello ! J’adore les livres de chez Charleston, je les trouve toujours très intéressants. J’ai beaucoup aimé « Ceux qui voulaient voir la mère, que je te recommande. Je te conseille aussi vivement la saga « Les sept soeurs » qui est super ! ☺Bonne soirée ☺

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s